Mule PYRENEENNE

Labellisée par le Ministère de l'Agriculte en 2005

ORIGINE

L’origines des mules et mulets Pyrénéens remonte à bien avant le XIIIe siècle. Elle est issue d’un baudet catalan (pyrénéen) et d’une jument trait bretonne, mérens ou autres. La diversité de ses parents donne un produit très hétérogène, ce qui nuit à sa qualité. L’établissement d’un cahier des charges quant à ses géniteurs serait un plus pour une meilleure reconnaissance. Avant guerre, on comptait jusqu’à 1000 naissances annuelles en Ariège. Ils étaient en grande majorité vendus en Espagne pour les travaux agricoles. Les premiers mulets auraient été produits dans des régions situées entre le Gange (Inde) et la Syrie (Afrique du Nord).

Aujourd’hui quelques mules des Pyrénées travaillent par exemple chez des viticulteurs de la Drôme, une démarche qui rentre dans le cadre de l’amélioration de la qualité de leurs productions vinicoles. Mais mener une mule des Pyrénées n’est pas toujours aisée pour des hommes longtemps habitués aux travaux agricoles avec des percherons, par nature beaucoup plus placides.

Renseignements (à titre d'exemple car il y en a plusieurs) :

Fédération Nationale Asine et Mulassière - Sanas - 19350 Juillac - Tél : 05.55.25.29.70

        ou

Ecole des mulets, Olivier Courthiade - Ferme de Méras – Nescus – 09240 La Bastide de Sérou - Tél : 05.61.64.50.66

 

MORPHOLOGIE

Sa morphologie est trapue mais d’allure distinguée et légère. Sa robe est noire ou bai-brun. Sa taille est d'1m50 à 1m60 pour un poids n'excédant pas 600 kg. Son pied est sûr et elle peut porter jusqu'à 200 kg. Sa longévité est supérieure de 45 % à celle du cheval. Son entretien est économique, elle consomme 40 % de moins que le cheval et est infatigable.

Mule pyrenees 1b

 Mule pyrenees 3 castillane b

 

COMPORTEMENT

Son comportement est la douceur, la résistance et la robustesse de l'âne, la force du cheval et la sûreté du poney. Une mule sans un bon dressage pourra se permettre : de mordre, taper, ruer… et combiné à sa souplesse elle peut devenir dangereuse, beaucoup plus que ne peut l’être un cheval. C’est un animal difficile, car très intelligent et très performant, qui n’est pas limité par la peur comme peuvent l’être les chevaux. Une punition infligée à tord peut rendre l’animal réellement dangereux. Un débourrage bien fait prendra un an, face au débourrage d’un cheval qui peut être mené à bien en un mois. Son dressage réclame donc beaucoup de rigueur, de savoir-faire et de conviction. Mais les résultats sont alors à la hauteur de cette exigence. Cependant, les hybrides sont interdits dans les concours d’attelage chevaux et asiniens. Seuls les activités western utilisent les mules comme aux Etats Unis.

Animal de caractère, dur au travail mais docile à l'emploi, d'un calme absolu en toute situation, généreux, agréable et toujours régulière dans son utilisation. Elle s'adapte à toutes les situations.

 

PRIX

A titre indicatif : le prix peut varier de 3.000 € à 5.000 € pour un muleton selon l'éducation. 

 

Pour rappel : ces données ne sont qu'à titre informatif et n'engagent aucunement la responsabilité de l'auteur.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 05/11/2014

×