Rage

Ane brait 1

 

Maladie virale toujours mortelle, commune à l'homme et à de nombreuses espèces animales. En France, elle reste rare mais le risque existe toujours.
Elle est due à un virus peu résistant : il est facilement détruit par le savon et ne survit pas longtemps dans le milieu extérieur.

 

Transmission de la maladie

Le virus est fortement concentré dans la salive des êtres porteurs. La transmission se fait principalement par morsure. La transmission du cheval à l'homme peut se faire par la salive.

Le virus migre dans le cerveau avant de rejoindre les glandes salivaires. L'incubation est de durée variable, selon l'espèce, de un mois à plusieurs années. C'est dans le cerveau qu'il se reproduit et fait des dégâts. Les symptômes sont donc principalement nerveux :

  •  chez le cheval, débute une phase de tristesse et d'agitation. L'animal est très sensible aux différents stimuli.

L'excitation génésique est également décrite : l'étalon entre souvent en érection et la jument présente une attitude "nymphomane".

Puis les symptômes s'aggravent : tremblements, démangeaisons démentielles au niveau de la plaie de morsure, grincements de dents, baisse d'appétit, perversion du goût. En fin d'évolution, l'animal ne peut plus déglutir et recrache l'eau et la nourriture par les naseaux. Il est pris d'accès de fureur ou de troubles de la locomotion et de paralysies.

Il n'y a pas de traitement efficace : la mort est irrémédiable et survient en 3 à 6 jours après les premiers symptômes généralement par asphyxie. La vaccination reste le moyen le plus sûr de prévenir la maladie chez le cheval (dès l'âge de 6 mois) et d'en limiter l'extension.

 

LA LEGISLATION DE LA RAGE CHEZ LE CHEVAL

La gravité de la maladie et sa transmission possible à l'homme ont conduit à des mesures strictes. La vaccination contre la rage est obligatoire :

  •  Pour les équidés provenant du département de la Moselle.
  •  Pour les autres départements : tous les équidés participant à une compétition ou étant en contact avec du public sur les fêtes, et tous les équidés provenant de la Moselle et participant à une exposition.

De plus, la vaccination est fortement conseillée dans tous les autres cas, c'est à dire pour tous les animaux, car elle permet de déroger à l'abattage des animaux contaminés et d'être indemnisé en cas de mort pour cause de rage.

 

LES MESURES FACE A UN CAS DE RAGE

Tout cas de rage entraîne dans le département un arrêté préfectoral, qui met les animaux sous surveillance.

La rage est une maladie à déclaration obligatoire : tout animal présentant des symptômes évoquant la rage et ne pouvant se rattacher de façon certaine à une autre maladie, doit être déclaré (aux services vétérinaires et en mairie). Cet animal est dit "suspect". Une surveillance par le vétérinaire sera alors mise en place.

Tout animal contaminé, c'est à dire mordu ou griffé par un animal reconnu enragé, doit être également déclaré. Il sera abattu s'il n'est pas vacciné.

Sinon, une dérogation préfectorale est possible, sur demande écrite aux services vétérinaires, présentation du certificat de vaccination et après un rappel sous quelques jours après la morsure.

Cette dérogation engage l'entière responsabilité, en cas de déclaration de la maladie, de la personne qui en a fait la demande. Si l'animal a été mordu par un animal suspect, il sera simplement mis sous la surveillance médicale du vétérinaire.

La déclaration est encore une fois obligatoire.

 

Pour rappel : ces données ne sont qu'à titre informatif et n'engagent aucunement la responsabilité de l'auteur.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 22/01/2015